Vintage Traveller

"On n' a jamais que la liberté que l'on se donne"

Kampot – Cambodge

Nous passons deux nuits à Kampot, et donc un jour d’exploration. Compote, compote ça c’est fort en fruit ! Bon ok je craque. L’inspiration me manque ! Non pas que nous n’avons pas encore une fois vécu plein de choses. Il est juste 1o heures du soir, 3 bières dans le gosier, et déjà rendues à notre prochaine destination Phnom Penh.

Revenons à nos moutons, nous sommes à Kampot ! Toujours le véritable Cambodge, l’authenticité bat son plein, peu de choses ont évolué depuis que le tourisme a fait son apparition ici. Ah si, c’est peut-être plus sûr, les touristes ne se font plus kidnapper et tuer (ok, là on parle des années 80, les khmers rouges sont loin !). En tout cas on ne se sent pas du tout en insécurité comme pouvaient l’évoquer nos guides de voyage. Kampot, c’est surtout une grande rivière qui la traverse et des rives peuplées de bungalows en bois.

Nous décidons de partir à vélo sur le bord de la rivière, je trouve un point de chute à 7 km de Kampot, une maison d’hôtes, la Green House. Nous trouvons un loueur de vélos, qui aurait mieux fait de s’abstenir. Des vélos rouillés, selles approximativement en place, panier qui tient à un fil… Bref on paye 1$ pour la journée. Nous sommes sous un soleil de plomb, il est 13h30, quelle idée inconsciente nous est passée par la tête, de faire du vélo par un temps pareil ! On souffre mais on continue.

Au bout de 7 km, une route goudronnée tourne à droite, j’imagine qu’elle rejoint la rivière…. On tente le coup. Au bout de cette route, un monument magnifique nous surprend, des gargouilles de chaque côté qui protègent l’entrée d’une architecture typiquement cambodgienne. Nous n’avons aucune idée de ce que c’est, nous avançons un pas, nous voyons des sculptures d’éléphants et de magnifiques jardins. Par respect nous n’irons pas plus loin.

Un chemin en terre rouge contourne ce bâtiment pour rejoindre la rivière, on est repartit. Nous ne sommes pas très rassurées, car le chemin est plutôt désert, s’il nous arrivait quelque chose, on ne nous retrouvera jamais c’est sur ! Le chemin en terre rouge est un peu cabossé et caillouteux, de grands palmiers et cocotiers sont jonchés de chaque côté du chemin. Entre les feuillages nous apercevons la rivière. Je commence à pédaler dans le vide… j’ai déraillé, tant pis je m’attelle à remettre tout cela en place… impossible d’arriver à mes fins. Par miracle on entend un scooter arriver, je lui demande d’un geste calme de s’arrêter et voir s’il peut m’aider. En deux temps trois mouvements, voilà le vélo réparé. A peine le temps de le remercier qu’il avait disparu.

Nous continuons donc notre route, pour finalement trouver la green house. C’est une guest house qui fait aussi restaurant-bar au bord de la rivière et clairement au milieu de nulle part. Tout est construit en bois à la cambodgienne, ce qui n’enlève rien au charme de cette maisonnette. La terrasse du bar donne une vue exceptionnelle sur les rives. Une fois mon thé fini, nous descendons sur le ponton, d’où nous aurions pu nous baigner (ce que nous ne faisons pas malgré le soleil torride qui n’a toujours pas décidé de se calmer). Nous nous relaxons sur les hamacs à l’ombre. Un peu de lecture, petit somme et hop on remet péniblement nos fesses sur nos vélos fortement inconfortables pour retourner sur Kampot.

Page d’accueil 

Suivez-moi !

Inscrivez-vous maintenant et recevez un e-mail lorsque qu'il y a de nouveaux articles en ligne.

Je ne vendrai, donnerai ou partagerai jamais vos adresses mail. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Vintage Traveller

Theme by Anders Norén