Vintage Traveller

"On n' a jamais que la liberté que l'on se donne"

Kampong Chhnang – Cambodge

Nous voilà maintenant en route pour Kompong Chhnang, un stop à 160 km de Phnom Penh avant de nous rendre aux temples d’Angkor dans quelques jours.

La route de terre rouge à certains moments met le bus dans un nuage de poussière. Les habitations et villages que nous passons sont toujours aussi précaires. Nous arrivons à Kompong Chhnang, enfin sans le savoir, car personne ne nous dit rien, par chance j’allume mon GPS pour voir où on est… on vient de dépasser la ville !!! Anaïs file alerter le conducteur… il s’arrête. Forcément ! Ce n’est pas plus compliqué que ça !

On se met à refaire la route dans le sens inverse, il y a quelques petits commerces et ils nous regardent tous, nous sommes un peu des ovnis blancs échoués dans cette petite ville. Cette fois on prie pour entendre un “hello tuk-tuk”. On marche une centaine de mètres avant de voir un tuk-tuk ! Parfait ! Il nous emmène à l’hôtel.

C’est là que l’on se rend compte que l’hôtel est très loin de la ville ou du moins peu accessible à pied et qu’il n’y a donc pas d’endroit pour se restaurer à proximité. Pour finir, nous nous en doutions,  mais le propriétaire de l’hôtel ne parle pas du tout anglais, heureusement le conducteur de tuk-tuk est là pour traduire. Arrivées dans l’immense chambre pour 4$ la nuit, crise de fou rire de cette arrivée à Kompong Chhnang pas des plus faciles.

Nous retournons en ville via le tuk-tuk pour faire un peu le tour et manger. C’est bien la première fois où on ne se sent pas à notre place, les gens sont toujours aussi souriants et adorables mais tous sans exception nous regardent avec insistance. Les enfants comme à leur habitude paraissent trop contents de voir un blanc et nous font coucou et nous disent “hello”. Nous allons manger un bout dans un petit restaurant conseillé  soksan restaurant, très bon pour 2$ on n’en demande pas plus.

Le soleil s’est couché, forcément à 18h il fait nuit. Notre chauffeur de tuk-tuk nous retrouve en train de reluquer une vitrine de boulangerie (on ne se refait pas). Plus de 2 km pour rejoindre l’hôtel dans des rues sombres, c’est sûr on ne l’aurait pas fait à pied.

On finit la soirée dans notre graaande chambre à écrire devant les dessins animés 🙂

_

8h30 le réveil sonne, nous partons pour la journée, dans 30 minutes, en tuk-tuk voir les alentours de Kampong Chhnang. Petit temple en haut d’une colline, poteries (spécialités d’ici), leur poterie contient des particules d’or car la terre sur cette montagne en contient, d’où la montage d’or. On parcourt la campagne profonde, les rizières asséchées où d’immenses palmiers occupent le terrain et les vaches par centaines habillent le paysage. Le chemin de terre rouge est étroit, nous croisons quelques vélos et scooters. Les maisons sont en bois et feuilles de palmiers, les clôtures des maisons sont en branches de bois fines. C’est un pur délice pour les yeux, les paysages sont extraordinaires, nous sommes perdues au milieu de nulle part et le vrai et pur Cambodge s’offre à nous. 

Notre route croise la sortie d’école et tous les enfants à vélo nous disent bonjour et nous font de grands sourires. Ça fait du bien tous ces sourires, enfants comme adultes!

On finit par se rendre à ce qui pourrait ressembler à un port au bord de la rivière. Les filles avec qui nous passons la journée veulent se rendre au village flottant. Etant donné le prix et que nous avons déjà eu l’occasion de voir ça à Can tho, on se promène dans les alentours. Plus on avance et plus on regarde autour de nous, plus on se croirait dans un pays du tiers monde, les maisons en bois, la terre rouge, peu ou pas d’artifices, ça ne sent pas la richesse et ça me met presque mal à l’aise. Nous avons déjà remarqué que beaucoup d’enfants ne portaient pas de chaussures, c’est le cas ici aussi.

Il semblerait que nous assistons à une cérémonie de funérailles, un camion transporte un cercueil avec des moines de chaque côté et la famille j’imagine. Une jeune fille assise à l’arrière du camion lance des billets de 100$ derrière le camion… personne ne se précipite, ça doit être des faux !

Notre chauffeur de tuk-tuk nous emmène finalement dans un restaurant avec piscine, on s’en réjouit ! Une fois arrivées là-bas, la piscine est pleine de jeunes enfants cambodgiens. Un short et tee-shirt de foot font office de maillot de bain aux garçons comme aux filles. Clairement pas question de se mettre en maillot, par respect.  On avait l’option de se baigner habillées, on ne l’a pas prise, tant pis pour cette fois.

On retourne à l’hôtel se relaxer, la nuit est tombée. On se demande si on essaye de ressortir pour aller manger. On tente le coup. La réception appelle un tuk-tuk. Etant donné qu’il met un certain temps à arriver et que nous attendons dans le hall, l’entrée/l’arrivée de nombreux hommes cambodgiens nous parait étrange. Ils montent tous au deuxième étage en prenant une clé à la réception. Pas plus de formalités… Des filles peu vêtues montent aussi. A vrai dire leur tenue n’est pas provocante mais le décolleté et le mini short n’étant absolument pas dans les mœurs cambodgiennes, cela paraît étrange…

Le tuk-tuk arrive finalement, mais nous surcharge le prix de la course. J’essaye de négocier, rien à faire, il ne veut rien entendre ! Tant pis pas de tuk-tuk ce soir. On achète deux bières et un paquet de gâteaux apéro, ça fera office de dîner. Pendant que je paye, une cambodgienne est à côté de moi. Une quarantaine d’années, 1m50, 40 kilos, elle me regarde bizarrement… commence à me tâter le bras, ensuite le sien… je ne comprends pas… et elle nous fait comprendre par les gestes que j’ai des gros bras… J’apprécie fortement… Nous retournons à notre chambre, les bières ne sont pas ouvertes, je retourne à la réception, un homme les yeux défoncés me les ouvre, je ne suis vraiment pas rassurée… On s’enferme dans notre chambre à double tour… Demain, départ pour Battambang !

 

Page d’accueil

Suivez-moi !

Inscrivez-vous maintenant et recevez un e-mail lorsque qu'il y a de nouveaux articles en ligne.

Je ne vendrai, donnerai ou partagerai jamais vos adresses mail. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Vintage Traveller

Theme by Anders Norén